Version imprimable

Current Size: 100%

Une après-midi à la gentilhommière de Mursay

Famille Jennifer - conseillère en séjours Par Jennifer - conseillère en séjours, le 11 mai 2018

La semaine dernière, je vous racontais ma visite au château du Coudray-Salbart, à Echiré. Et bien, à présent, laissez-vous entrainer par la découverte du château de Mursay sur la route de Sciecq.

Quinze minutes de route suffiront à vous emporter dans un tout autre décor plus bucolique, plus arboré encore et surtout paradis des grenouilles. L’enceinte du château n’est pas accessible pour des raisons de sécurité, mais un petit sentier d’interprétation permet de revivre le passé de ce château et d’y découvrir les personnages célèbres qui l’ont habité par des panneaux explicatifs.

Françoise d’Aubigné, marquise de Maintenon, sera élevée huit ans, au milieu de ses cousins protestants, à Mursay. Théodore-Agrippa d’Aubigné fait de Mursay sa résidence de repos en 1583. Il profitera de la quiétude du lieu pour écrire. Henri de Navarre aurait trouvé refuge à Mursay, en route pour Guyenne, en 1576. Marthe-Marguerite le Valois de Villette de Mursay est née au château en 1671.

Le château de Mursay est situé sur la rive gauche de la Sèvre, dans un îlot, face au village de Sciecq. Il a été construit à proximité d’un ancien « chastel » servant d’avant-poste à la forteresse du Coudray-Salbart. Malheureusement, cet édifice a beaucoup souffert et à la fin des années 30, il est en très mauvais état. En 1952, les services de l’Etat classeront ainsi des ruines…

Pillé et vandalisé, le château, reconstruit par Agrippa d’Aubigné, finira par disparaitre dans cette végétation de ronces et de lierre. En 1999, une association est créée et se bat pour le sauvegarder. En 2002, la Communauté d’Agglomération de Niort achète l’île et ses ruines. Des travaux de consolidation ont été financés par l’Etat, le Conseil Général des Deux-Sèvres et la CAN en 2003.

Pourquoi j’ai aimé ce lieu ? Sa proximité immédiate à la Sèvre Niortaise rappelant les paysages du Marais Poitevin, son écrin de verdure, sa quiétude. J’ai le sentiment que le temps s’est arrêté à Mursay. Et puis le bruit de l’eau, le chant des oiseaux, le règne des grenouilles. C’est 100 % nature, j’adore !

J’espère ainsi vous avoir donné l’envie de partir à la découverte de ces deux sites exceptionnels.





 

Commentaires

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage.
  • Français
  • English