Version imprimable

Current Size: 100%

Une après-midi au château du Coudray-Salbart

Famille Jennifer - conseillère en séjours Par Jennifer - conseillère en séjours, le 04 mai 2018

Il est raconté que la fée Mélusine serait à l’origine de l’édification de cette belle forteresse médiévale élevée au XIIIème siècle par les seigneurs de Parthenay grâce à l’aide financière de Jean Sans Terre, roi d’Angleterre.

Amoureuse des vieilles pierres et passionnée d’architecture médiévale pour avoir travaillé dans plusieurs châteaux de ce type, notamment Tiffauges en Vendée, Sainte-Suzanne en Mayenne et Château-Gaillard dans l’Eure, je profite d’une très belle journée d’avril pour partir cette fois à la découverte de l’histoire du Coudray-Salbart.

Mon fils de 4 ans m’accompagnera lors de cette visite et pour toutes les petites familles en vacances, je dois dire que le mien est ressorti enchanté, interpellé, curieux et plein d’énergie. Un joli diplôme de chevalier lui a été remis à la sortie de notre promenade. Je ne peux que vous conseiller cette visite avec vos petits aventuriers ou aventurières. De quoi susciter de futures vocations ou peut-être construire un arc et des flèches de retour à la maison et devenir un vrai archer !

Ma visite débute par un sentier accessible à pied qui permet de découvrir l’édifice de par ses extérieurs et profiter ainsi pleinement de son architecture défensive caractéristique des châteaux médiévaux du règne des Plantagenêt, rois d’Angleterre. D’épaisses murailles témoignent d’un passé tumultueux. Les vestiges encore présents aujourd’hui nous permettent de comprendre son positionnement stratégique. La forteresse contrôlait le passage sur la Sèvre Niortaise et les terres voisines. Les six tours flanquées le long des murailles renforcent le caractère défensif de l’ouvrage militaire.

Les yeux grands ouverts, nos pieds dévalent avec entrain le sentier. Nous avons hâte de rentrer dans ce château afin qu’il nous livre une partie de ses secrets. Nous entrons par la traditionnelle barbacane et arrivons dans la basse-cour, vaste espace fermé d’un rempart où vivaient la majorité des habitants du château (soldats, serviteurs, pèlerins de passage). Lieu de vie, on y trouvait les écuries, la forge, le four, le logement des soldats et la chapelle castrale. Il paraît qu’on élevait ici, sous le pont-levis, « mil connils » (beaucoup de lapins).

Me voici à l’emplacement de l’ancien pont-levis et je m’engage dans l’une des premières tours celle dite du Bois-Berthier. Je découvre une salle carrée, voûtée en berceau brisé, dotée d’une cheminée. A l’étage, une autre salle octogonale se dévoile voûtée en ogives.

Je prends ensuite la direction de la tour double. Tour massive en amande, elle possède trois niveaux. Vous pourrez y découvrir trois niches d’archères extrêmement profondes.

Continuons vers la tour Saint-Michel. De cette petite tour, il était aisé de surveiller les éventuelles avancées de l’assaillant.

Nous voici arrivée dans la Grosse Tour. C’est elle la plus impressionnante du haut de ses 40 mètres et de ses 12-16 mètres de diamètre. C’est un véritable donjon avec sa grande salle de réception carrée.

La gaine de circulation, couloir procurant une circulation rapide des soldats vers tous les points du château, comporte des arbalétrières. Au Coudray-Salbart, elle serait, semble-t-il, unique en France dans un château du XIIIème siècle ! On peut imaginer que l’idée fût ramenée des croisades.

Il me restera à parcourir la tour du Moulin et la tour du Portal, là où l’on y trouve le treuil qui servait à manœuvrer le pont-levis.

Une heure et demie après notre entrée, nous voici au terme de cette visite libre et surprenante. Je me laisserai bien entendu tenter à y flâner de nouveau lors des Médiévales de Maïus où le château s’anime du 19 au 21 mai : danseries, contes, spectacle de fauconnerie médiévale, enquête policière…

Bonne visite au château du Coudray-Salbart !




Commentaires

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage.
  • Français
  • English