Version imprimableSend by email

Current Size: 100%

Echiré

Echiré et son beurre mondialement connu

Baratte-tonneau de la Laiterie Coopérative d'Echiré (Deux-Sèvres)La commune tire peut-être son nom de Scauriacum, domaine du gallo-romain Scaurius. Située entre le bocage gâtinais et la plaine niortaise, elle est sculptée par la vallée et les 18 kilomètres de méandres de la Sèvre Niortaise régulés par 8 chaussées et compte 45 domaines et 7 moulins en 1716. Installée en 1894 dans un ancien moulin à farine, la Laiterie Coopérative d’Echiré est aujourd’hui le leader sur le marché du beurre de qualité. Au goût de noisette, son beurre Charentes-Poitou labellisé AOC est servi à l’Elysée depuis René Coty (1956), à Buckingham Palace et à la Principauté de Monaco et le chef poitevin Joël Robuchon l’utilise dans sa fameuse purée. L’entreprise reçoit en 2003 le prix du meilleur exportateur français attribué par la Chambre de commerce de Londres.

Curiosités à voir :

  • La forteresse du Coudray-Salbart du XIIIème siècle (Monument historique)
  • La gentilhommière de Mursay du XVIème siècle (Monument historique, demeure d’enfance de la marquise de Maintenon)
  • Le château de La Taillée du XVIIème siècle (Monument historique privé)
  • L’église Notre-Dame du XIème, XVème et XIXème siècles
  • Le manoir de Peu du XXème siècle
  • Le Château-Gaillard du XIXème siècle (pigeonnier de 1720)
  • Le logis de Ternanteuil du XIXème siècle
  • La fontaine Braye de 1875
  • Le lavoir du Moulin Neuf
  • La laiterie coopérative et sa boutique

La forteresse du Coudray-Salbart

Impressionnant château-fort du XIIIème siècle attribué à la légendaire fée Mélusine, au coeur des luttes entre France et Angleterre, il interdisait la traversée de la Sèvre Niortaise, frontière sud des seigneurs de Parthenay-Larchevêque. Une barbacane suivie d’une basse-cour et d’un pont-levis à treuil mène au château qui possède encore six tours intactes différentes (Portal, Bois-Berthier, Double, Saint-Michel, Moulin  et Grosse Tour) : rondes ou à bec ; voûtées en berceau brisé, en croisées d’ogives ou en coupole percée d’un oculus ; cheminées monumentales ; vastes niches d’archères ; latrines. Elles sont reliées par un couloir (une gaine) éclairé de rares meurtrières. Le Coudray-Salbart fait l’objet d’importants travaux de restauration et est ouvert une partie de l’année. Le temps d'un week-end estival, la forteresse est également mise à l'honneur lors de sa Fête médiévale en août.

La gentilhommière de Mursay

Ce château d'agrément, aujourd’hui jardin de ruines protégé, est au XVIème siècle le fief d’Agrippa d’Aubigné, grand-père de la marquise de Maintenon, grand poète de la période baroque et écuyer du futur Henri IV qui y passe en 1576 les plus heureux jours de sa vie. D’ailleurs, l’Allée du Roy, allée de tilleuls trois fois centenaires, porte ce nom en souvenir de son séjour. A présent, vous êtes invités à marcher dans les pas des personnages historiques hantant Mursay !

Le château de La Taillée (privé)

Le château est édifié en un seul jet en pierres de taille au début du XVIIème siècle dans le style Henri IV-Louis XIII par Josué du Fay de la Taillée, qui a épousé le 27 avril 1629 Préjente de Magné. Leur fils Louis se marie le 9 décembre 1683 avec Elisabeth Martel de Vandré, la nièce d'Eléonore Desmier d'Olbreuse qui sera surnommée la grand-mère de l'Europe. En effet, sa fille, Sophie-Dorothée épouse Georges-Louis de Brunswick-Lunebourg, futur roi d'Angleterre sous le nom de Georges 1er. Georges-Guillaume du Fay, par contrat de mariage signé le 19 février 1705 au château de la Durbelière, épouse Françoise du Vergier de la Rochejacquelein. Par sa mère, née Elisabeth de Caumont d'Adde, elle est l'arrière petite-fille du guerrier et poète Agrippa d'Aubigné. Pendant la Révolution, la famille émigre. Le château, mis en vente comme bien national, ne trouve pas d'acquéreur permettant à leurs propriétaires légitiimes de le récupérer à leur retour d'exil et de le transmettre de génération en génération à leurs descendants directs qui le possèdent encore aujourd'hui.

L’église Notre-Dame

Au XVème siècle, l’édifice est reconstruit et agrandit. Son abside primitive est remplacée par un chevet droit et sa nef du XIème siècle est couverte de voûtes sur croisée d’ogives. Il est rénové en 1866 et rebâti après 1870. Seuls sont conservés la coupole octogonale sur trompes du carré du transept, les piliers aux chapiteaux romans et une fenêtre méridionale ébrasée en gradins. L’église est consacrée en 1879 par l’évêque de Poitiers accompagné de soixante prêtres. Puis, le monument est restauré de 2011 à 2012.

En savoir plus :
www.echire.fr

Localisation

France
46° 23' 28.3488" N, 0° 24' 55.8396" W
  • Français
  • English