Version imprimableSend by email

Current Size: 100%

Le donjon d'Aliénor d'Aquitaine

Au bord de la Sèvre Niortaise, se dresse un des plus beaux ensembles de donjons jumeaux romans de France, le 1er édifice de Niort classé Monument historique. Ils formaient le réduit central d’un vaste château en forme de quadrilatère, long de quelques 700 mètres et armé d’une dizaine de tours.

C’est le roi d'AngleterreHenri II Plantagenêt, qui, voulant mettre en valeur et en état de défense les domaines que sa femme, Aliénor d’Aquitaine lui apportait par son mariage, décida de faire reconstruire, à la fin du XIIème siècle, le château de Niort et d’en faire une forteresse inexpugnable. Les deux donjons sont carrés ; celui du sud mesure 13,50 m. de côté, celui du nord 15 m. x 14 m. ; ils sont respectivement hauts de 28 m. et 23 m. Leur plan est semblable : une tour cylindrique pleine de 5 m. de diamètre englobe chaque angle et un contrefort médian hémicylindrique consolide les murs. Le donjon du sud, érigé au XIIème siècle, est le plus haut des deux (28 m.).

C’est un exemple typique de l’architecture militaire de cette époque : murs épais, contreforts, ouvertures peu nombreuses et de dimensions réduites. Il est armé sous son crénelage, de mâchicoulis sur arcs (faces nord-est et sud-ouest). Le donjon nord qui s’écroula partiellement en 1749 fut reconstruit à l’identique en 1750. Il est moins haut que le donjon sud (23 m.) et son allure générale est un peu moins austère (contreforts moins hauts, ouvertures plus grandes). Chaque donjon est surmonté d’une terrasse crénelée à laquelle on accède par un escalier en vis. Les murs épais de 3,50 m. sont très soigneusement appareillés en pierre de taille calcaire à joints très fins. A l’origine, les deux donjons, distants de 16 m., étaient reliés entre eux par des courtines entre lesquelles s’étendait une cour intérieure pavée.

Selon certains auteurs, c’est dès le XIIIème siècle que fut élevé le corps de bâtiment central qui sera ensuite modifié au XVème siècle. Le bâtiment central relie les deux donjons. Les murs du XIIème siècle arrivaient aux deux tiers de la hauteur des murs actuels. Ils ont été surélevés et l’ensemble a été couvert par un toit. La façade sud-est conserve en forte saillie la tour qui, au XIIème siècle, protégeait la poterne aménagée dans la courtine et par laquelle se faisait l’accès à la forteresse. La porte d’entrée actuelle, ornée de pilastres cannelés et d’un linteau droit sculpté de triglyphes et de métopes, a été ouverte sur ordre de Catherine de Médicis à la fin du XVIème siècle. A gauche de la tour, la muraille est percée d’une petite porte en plein-cintre dénué de tout décor. Il s’agit de l’entrée primitive du château à laquelle on accédait par une échelle en bois. L’ensemble du monument a fait l’objet d’une restauration totale terminée en 2007.

A ne pas manquer : l'exposition permanente le Donjon, 1000 ans d'histoire. Conçue pour habiter les murs du donjon et parler de manière vivante et moderne au public, cette exposition raconte et explique l'histoire de la ville et du donjon. L'évolution architecturale du donjon, du XIIè s. à nos jours, est mise en scène grâce à la modélisation 3D. Les panneaux explicatifs et visuels, les tablettes tactiles, les dioramas, une projection filmée et une maquette topographique générale de la ville médiévale permettent de rendre compte de ce passé.

Visite guidée à la demande ou chaque dernier dimanche du mois, à 15h ; salle basse consacrée à l'archéologie régionale et salle du mobilier poitevin à l'étage du bâtiment central ; lieu d'expositions temporaires et vue panoramique sur la vieille ville à partir de la terrasse nord.

Entrée gratuite le 1er dimanche de chaque mois.

« L’anniversaire au Donjon ». Possibilité pour les enfants de fêter leur anniversaire en costume d’époque bleu ou rouge (robes pour les filles et tuniques pour les garçons) : visite guidée suivie d’un petit atelier ou jeu médiéval.

Renseignements et réservations : 
05.49.28.14.28. ou 05.49.78.72.00. 

  • Français