Version imprimable

Current Size: 100%

Le château du Coudray-Salbart : Et si on partait à l’assaut de la forteresse ?

Famille Jennifer - conseillère en séjours Par Jennifer - conseillère en séjours, le 09 août 2019

Les samedi 20 et dimanche 21 juillet se sont tenus, au château du Coudray-Salbart, les célèbres Quintilis, animations estivales où le château se retrouve assiégé par une troupe de mercenaires tout droit sortie de la guerre de Cent Ans. Une excellente opportunité de revenir sur cette guerre qui a opposé de 1337 à 1453 la dynastie des Plantagenets à celle des Valois. Une guerre, plus ou moins longue, entrecoupée de trêves qui ne durera pas 100 ans comme son nom le laisse entendre, mais 116 ans !

L’association des Tard-Venus, une compagnie de reconstitution historique qui regroupe une troupe de routiers de la fin du XIVème siècle, a présenté, lors de ces deux jours, les techniques d’attaque et de guerre par diverses animations faisant revivre le tumulte des batailles.

Premier pas dans le château et nous nous sommes retrouvés plonger dans une démonstration de tir de trébuchet. J’ai toujours été fascinée par ces célèbres machines de guerre au fonctionnement complexe.
Le trébuchet est une des pièces d'artillerie médiévales dites à contrepoids. ll s‘agit d‘un engin de siège utilisé au Moyen-Âge soit pour détruire la maçonnerie des murs, soit pour lancer des projectiles par-dessus les fortifications ou des cadavres infectés pour propager des maladies ou pour polluer l’eau des citernes par ravinement.
Saviez-vous qu’il pouvait projeter des boulets de 100 à 150 kilos à plus de 150 mètres contre les fortifications ennemies, incroyable non ?
L‘engin se compose d'une flèche articulée sur un support fixe. Doté à une extrémité d’un contrepoids très lourd et d’une poche à l’autre extrémité dans laquelle on dispose le projectile. La flèche est abaissée à l'aide d‘un treuil. Un système de déclenchement libère alors brutalement l'ensemble. La cadence était de deux tirs à l‘heure. Les servants d’armes étaient protégés par une palissade.
Nous nous regroupons autour de cette célèbre machine. Les enfants attendent avec impatience le fameux tir. Nous avons été tous ébahis par la puissance et la précision de l’impact. Les explications passionnantes de nos hôtes nous ont plongé immédiatement dans l’ambiance. Les projectiles utilisés lors des démonstrations sont appelés des « pierres molles », ceci pour éviter de dégrader l’édifice qui a été restauré par la Communauté d’Agglomération du Niortais et l’association des Amis du Coudray-Salbart.

Dans l’enceinte du château, s’en sont suivies diverses animations : cuisine, combat en armures, démonstration d’artillerie, présentation d’armures et escrime médiévale le dimanche.

Lors de cette belle journée de juillet, je me suis attardée à l’ombre des arbres devant la présentation de Costin qui a évoqué l’arc dit longbow et l’arbalète utilisés pendant cette guerre de Cent Ans. Les Anglais, friands du longbow ou grand arc, n’utilisaient quasiment que cela. Les français eux avaient pour préférence l’arbalète. Vous saviez que la flèche, lors de son envol, partait à une vitesse de 30-40 km/h pour entamer une descente à plus de 100 km/h ?  Imaginez la puissance de l’impact causé par un tir parabolique (en direction du ciel) quand la pointe de la flèche atterrit sur une armure ou un bouclier, épatant non ? Costin a présenté leur maniement, leurs avantages et leurs inconvénients. Et vous, cela ne vous dit pas de savoir comment été fabriqués arcs, flèches, arbalètes et carreaux d’arbalètes ?
On pensait depuis de nombreuses années que l’arbalète était plus puissante que l’arc. C’est une idée reçue, car de récentes études ont prouvé que les arcs étaient tout aussi puissants.

Ma visite s’est terminée par une démonstration d’artillerie et je ne me suis pas lassée de retourner dans les entrailles de cette belle forteresse en parcourant une fois de plus ses différentes tours.

Vous retrouverez l’équipe du château lors des animations Sextilis du Coudray-Salbart, du 15 au 18 août, de 10h à 18h30. Le seigneur du Coudray-Salbart a repris possession de son château après son expulsion en juillet par les mercenaires. Un campement médiéval vous sera présenté avec plus de dix tentes. Les visiteurs pourront voir évoluer tous les acteurs de la vie courante au Moyen-Age. Plusieurs animations à ne pas manquer : revêtir un haubergeon, s’essayer aux jeux médiévaux, assister aux combats à la touche en lice, assister à la frappe de monnaie, à une présentation de la soule (étuves et bains).
Adulte : 8 €, enfant âgé de 6 à 16 ans : 4 € et gratuit pour les moins de 6 ans. Réservation à l’Office de Tourisme Niort-Marais Poitevin, 2 rue Brisson, à Niort.
N’oubliez pas d’assister à Nocti Salbart, une déambulation nocturne accompagnée, les 15 et 17 août, de 21h à 23h. Adulte : 5 €, enfant de 6 à 16 ans inclus : 3 € et gratuit pour les moins de 6 ans. Billetterie ouverte de 20h30 à 21h30 au château.
Un atelier taille de pierre est proposé les 15, 16 et 17 août, à 11h, 15h et 16h30. A partir de 6 ans. Les stagiaires pourront emporter leur production. 6,5 € personne. Sur réservation.

Commentaires

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

  • Français
  • English
  • Nederlands
  • Deutsch
  • Español