Version imprimable

Current Size: 100%

Port Boinot, divine idylle avec la ville !

Curiosité Frédéric - assistant base de données et TIC Par Frédéric - assistant base de données et TIC, le 13 septembre 2019

Imaginez la tremblante émotion ressentie par l’archéologue de l’Inrap* quand, en janvier 2018, elle extrait pieusement du ventre de l’ancienne chamoiserie-ganterie Boinot des vestiges antiques datés de la fin du 1er siècle avant notre ère jusqu’au milieu du 2ème siècle de notre ère. Les archives du sol ne sont pas restées lettre morte !
*Institut national de recherches archéologiques préventives.

Un bâtiment est mis au jour dans la tranchée nord du bief du moulin, édifié sur une épaisse plateforme et dont l’occupation semble brève. De même, un fossé au sud du bras usinier est bordé à l’est par un chemin dirigé vers la Sèvre Niortaise en un point où des monnaies sont découvertes au XIXème siècle lors de la construction des Ponts Main ; suggérant un franchissement du fleuve.

Ce fossé est situé à côté d’un édifice du 1er siècle détruit au milieu du 2ème siècle et contre le mur nord duquel des divinités gallo-romaines de la fin du 1er siècle étaient comme assoupies ; 110 kg de fragments sculptés en calcaire dont l’hypnotique visage d’Épona intimement lié à une tête de cheval !
Par tradition, la déesse des équidés et des voyageurs est représentée assise en amazone sur sa monture ou encadrée par plusieurs chevaux qu’elle nourrit. Ici, la composition iconographique est rare et à rattacher à une petite série de témoignages où elle est à côté de son cheval. En outre, elle est taillée en ronde-bosse alors que la majorité des modèles connus sont en relief. Pour finir, l’Épona de Novum Ritum* demeure l’une des plus imposantes statues connue à ce jour sur la Cité des Pictons !
Une deuxième déesse à la longue chevelure et une double statue figurant à l’origine des déesses-mères et dont il ne subsiste aujourd’hui que les pieds chaussés accompagnaient également Épona dans sa gangue, tombeau de terre de plus de 2000 ans, la plus ancienne trouvaille à l’échelle de la ville !
*Novum Ritum, signifiant nouveau gué, évolue avec le temps et en se contractant donnera son nom à la ville de Niort.

Ces statues, peut-être ciselées par des sculpteurs itinérants, ont certainement été...

Si vous souhaitez connaître la suite de l'histoire de cette extraordinaire découverte archéologique, rendez-vous est pris ce samedi pour un café historique sur la déesse Epona, au bar-restaurant "Les Planches", en compagnie d'Alexandra Rompillon-Jouarre, archéologue et médiatrice du patrimoine. Cette conférence sera suivie d’un atelier art-thérapie sur le thème de la sculpture qui sera animé par José Alves, art-thérapeute.

Cliquez ici pour plus d'informations.

Crédits photos : INRAP, A. Bolle ; Niort Agglo, O. Drilhon

Commentaires

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

  • Français
  • English
  • Nederlands
  • Deutsch
  • Español