Version imprimable

Current Size: 100%

Richard Texier : peintre et sculpteur contemporain mondialement connu

Curiosité Frédéric - assistant base de données et TIC Par Frédéric - assistant base de données et TIC, le 01 février 2019

L’enfant « sauvage » du Pays maraîchin
Né à Niort en 1955 d’une mère catalane et d’un père, co-fondateur du festival international de peinture de Magné, le jeune Texier passe ses étés aux Sables-d’Olonne où ses parents tiennent un bazar et ses hivers dans le Marais poitevin, à La Garette.
La traite d'une vache en fin de journée est à l’origine à l’âge de 9-10 ans de sa vocation artistique. Le lait de deux bidons renversés par l’enfant sauvage du marais s’est mêlé aux eaux noires d'une conche formant comme une voie lactée. Ce tableau déclenche ainsi son envie de créer : « Je suis peut-être devenu sculpteur ce jour-là en pressant méthodiquement les tétines des vaches. Mes œuvres récentes doivent un peu à cette activité gélatino-érotique. Le mystère sensuel de la mécanique des fluides inspire toujours l’activité mentale des artistes ».
De même, la côte atlantique avec ses vagues, l’écume, l’estran et les tempêtes sous-tend son art. L’océan est un des thèmes centraux de son inspiration : « Ma peinture est une forme d’expressionnisme ésotérique, matière terrienne, lumière maritime ». Jusqu’en 1989, il utilise dans ses œuvres divers objets récupérés sur le littoral (zinc corrodé, bois flotté, fer rouillé, débris et fragments).
Après des études primaires à l’école Ferdinand Buisson de Niort, il découvre l’art en classe de sixième grâce aux Lagarde et Michard où un tableau d’Yves Tanguy, « Jour de silence », le conforte dans son appétit de peindre.
En 1967, il se passionne pour les expériences surréalistes et réalisent à 12 ans ses premières peintures dans le grenier de la maison familiale.
Après le Baccalauréat, il s’installe à Paris pour étudier l’architecture, fréquente les musées assidûment, découvre la peinture primitive et flamande et s’entiche de Victor Ségalen et Raymond Roussel. …lire la suite

Crédits photos : Atelier de la Butte-aux-Cailles, Paris, 1996 (Jean-Marie Del Moral) ; Atelier nomade, chantier naval du Ponant, La Rochelle, 1997 (Brigitte Papot), « Cosmos » de la résidence niortaise « Saint-Vaize » (J.-F. Milou, Archiguide Guidearchitecture) ; Richard Texier au milieu de l'équipe de tournage de Bengale Production en 2018 (Niort Agglo)





Commentaires

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage.
  • Français
  • English
  • Español