Version imprimable

Current Size: 100%

De la "rigole" au "fossé", chemin (d'eau) faisant !

Le saviez-vous ?

Le Marais Poitevin est sillonné par 8.200 km de voies d’eau, soit par 800 km de réseau primaire* relevant de la compétence de l’Etat via l’Institution Interdépartementale du Bassin de la Sèvre Niortaise (IIBSN), par 1.100 km de réseau secondaire** à la charge des syndicats de marais et par 6.300 km de réseau tertiaire*** entretenus par les propriétaires du fond.
*Les canaux les plus profonds, la Sèvre Niortaise et les "rigoles" desservant plusieurs syndicats de marais.
**Les "conches".
***Les "fossés" appelés "chevelu hydraulique".

Vue aérienne de la "Venise Verte" du Marais PoitevinLa "rigole" est un ouvrage de dessèchement créé au XIXème siècle pour accélérer l’écoulement des eaux. Intermédiaire entre le fleuve et la "conche", cette "route d’eau", au tracé rectiligne de plusieurs kilomètres, prend différents noms d’un marais à l’autre : "broue", "corde" ou "canal".
L’appellation "canal" ("quenar"), peu courante dans le marais mouillé, concerne certaines voies de navigation récentes (le canal du Mignon, par exemple) ou issues des travaux de régularisation du cours de la Sèvre Niortaise au XIXème siècle (dérivation ou redressement).

"Dans une "conche", on se croise à deux bateaux !". De 4 à 8 mètres de large sur une centaine de long, elle circonscrit et dessert un ensemble de parcelles d’un marais. Avant le XIXème siècle, elle était sinueuse, puisque tracée d’arbre en arbre. Son nom fait généralement référence à un lieu-dit, une famille, une particularité de son cours ou bien une anecdote : la "conche du Château", la "conche-Michelle", la "conche-Torse", la "conche de la Giole"...

De 2 à 3 mètres de large sur moins d’une dizaine de long, le "fossé" ("foussai") délimite le "carré", champ ou pré privatif. "On n’y passe qu’à un bateau !" et est le premier à sec quand baisse le niveau d’eau.




  • Français
  • English
  • Nederlands
  • Deutsch
  • Español