Version imprimable

Current Size: 100%

Un petit coin de paradis bucolique...

Péré, jadis Péré-la-Mothe, est un des villages de Prissé-la-Charrière, situé tout proche du tumulus éponyme.

Le premier maître de Péré est Jacques de Fouchier par son mariage en 1550 avec Marie de Grenouillon qui souscrit en 1529 le dixième de ses revenus pour payer la rançon de François 1er. En 1593, son fils Arthur achète la seigneurie pour 2382 écus. De 1594 à 1631, la propriétaire des lieux est Anne de Chasteigner, épouse d’Henri de Ranques. Elle est enterrée dans le parc en 1674. Son fils Hector-Henri, puis, plus tard, sa petite-fille Henriette-Michelle Roland en héritent.

Depuis le XVIIIème siècle, dix générations de Bastard de Crisnay se succèdent sur le domaine. L’actuel château est bâti au début du XIXème siècle par Marie-Louise Aymé de la Chevrelière, belle-fille de Louis-Isaac Bastard de Crisnay : un exemple typique des grandes demeures campagnardes de l’Ancien Régime et de l’Empire, en Bas-Poitou et en Vendée. D’une simplicité architecturale, le logis flanqué de deux ailes se détache sur un fond de verdure. Il est précédé d’un pavillon en forme de pigeonnier juché sur un tertre entouré de douves avec cascade d’eau. Sa chapelle est élevée à l’emplacement d’une annexe de l’ancien château dont il ne subsiste que deux tourelles. Le parc d’agrément boisé de 20 hectares se prolonge avec 100 hectares de terres agricoles. Il est paré, au bord d’un étang, d’une fabrique en forme d’isba (habitation en bois des paysans russes) et de deux platanes vieux de trois siècles, hauts de 50 mètres, classés « arbres remarquables » en 2018.

François-Xavier Bastard de Crisnay, un châtelain atypique !

François-Xavier Bastard de Crisnay

François-Xavier Bastard de Crisnay est né en 1937 à Paris. En 1940, la famille se réfugie à Biarritz, puis séjourne à Bordeaux et Toulouse.
Il part à 19 ans en Espagne alors dirigée par Franco afin de préparer une thèse sur le poète Federico Garcia Lorca.
Lors de son service militaire, il refuse un poste de « planqué » à Paris déniché par son daron et est affecté de 1959 à 61 dans une unité combattante parachutiste en Algérie.
Contraint par son père de sacrifier son désir de devenir artiste-peintre pour intégrer une école d’agriculture après le Bac, il est en 1962 installé à la place d’un oncle afin de s’occuper de l’exploitation céréalière de Péré. Hospitalisé en 1986 pour soigner une jambe prise dans un engin, sa rééducation dure plusieurs mois.
En 1996, il crée la Fête des plantes et du jardin qui concentre près de cent exposants français, belges et anglais ! A cette occasion, le domaine ouvre ses portes deux fois par an : le deuxième week-end de juin et le troisième week-end d’octobre.

  • Français