Prahecq est représentatif des territoires de transition entre l’habitat groupé des Charentes et celui dispersé des pays bocagers de l’ouest. Son nom découle soit de Pratius, un riche notable picton, soit de pratium signifiant pré humide inondable. Le château, érigé au XIè s., appartient à Hugues de Lusignan. Il est pris en 1242 par Alphonse de Poitiers, frère de St Louis, puis rasé en partie pour mater son propriétaire, alors à la tête des barons poitevins révoltés contre le roi. Ne subsistent aujourd’hui que quelques bâtiments transformés de 1843 à 1954. La commune est la patrie de Vanda Houmeau, épouse d’Ernest Pérochon, le premier Prix Goncourt des Deux-Sèvres. La commune connaît un fort développement économique grâce à l’implantation d’entreprises sur la zone artisanale.

Que voir à Prahecq ?


01. L’église St-Maixent

Construite au XIè s. dans un ensemble castral, elle est restituée en 1110 par Joscelin de Lezay à l’abbaye de St-Maixent, démunie de ce bien. Rebâtie à la fin du Moyen Age, incendiée en 1568, puis restaurée, elle devient à la Révolution un magasin à fourrage et à bois et un temple décadaire. Elle est classée en 1911.

À voir : carré du transept du XIIè s. enrobé dans une reconstruction de style gothique flamboyant, chapiteaux romans (abbé mitré, sirènes), crosse épiscopale sculptée sur le contrefort nord, autel provenant d’un retable classé du XIVè s.

02. Le château Renaissance de la Voûte

En 1514, Pierre Baudouin lègue à son fils Nicolas les terres de la Voûte. Acquis par la Commune en 1987, le château, édifié en 1525 et restauré au XIXè s., subit un incendie en 1943. Sa remise en état date de 1945.

03. Le puit artésien


Le puits artésien de Prahecq, connu sous le nom de la fosse de Paix, mérite une visite lorsqu’une saison pluvieuse a généreusement rempli la cuvette du site, créant un spectacle bouillonnant impressionnant. Bien que, selon une ancienne croyance, les anguilles ne soient plus visibles en sortir… Malheureusement, les promeneurs à pied ou à vélo durant les jours ensoleillés ne pouvaient que contempler une cuvette asséchée. Toutefois, la municipalité a récemment installé un panneau à proximité, affichant une photo de la fosse lors de son bouillonnement spectaculaire. De plus, un QR code y est présent, que les visiteurs peuvent scanner à l’aide d’une application sur leur smartphone pour accéder à un site internet et visionner une vidéo du bouillonnement de la fosse, été comme hiver !

Autres curiosités à voir :

  • La butte du Peu (point culminant de la commune à 76 mètres créé par la dépatture de Gargantua, c’est-à-dire la boue décrottée de ses bottes)
  • La croix de cimetière du XIIè siècle (Monument historique en 1889)

Ce contenu vous a été utile ?

Enregistrer

Partager ce contenu