Version imprimableSend by email

Current Size: 100%

Brûlain

Arrosé par la Courance, le village de Brûlain est au XIIème siècle aux mains des Lusignan. En 1716, la paroisse compte 43 métairies. Le subdélégué Laurent Chebrou écrit dans son Etat de l’élection de Niort : "On y élève quantité de brebis, beaucoup de juments poulinières, la plupart propres pour le carrosse... On y trouve les plus beaux haras de chevaux et de baudets de toute la province". La commune a vu naître en 1817 Baptiste-Paul Grimaud, l’inventeur de la carte réversible avec le portrait à deux têtes, qui fait installer dans le bourg une pompe et un lavoir, dote la bibliothèque municipale de nombreux ouvrages. Son nom est donné à la rue principale du village et les cartes à jouer sont évoquées sur le logo communalLa tradition d’élevage perdure encore aujourd’hui : deux fermes transforment leur production laitière en fromages et beurre.

Le brûlinois Baptiste-Paul Grimaud (1817, Brûlain-1899, Paris),
l'illustre cartier parisien inventeur de la carte à jouer moderne

Baptiste-Paul GrimaudDe Niort à Paris
Son père, Paul, est garde-champêtre à Brûlain, un poste obtenu en tant que sous-officier retraité à la suite de blessures de guerre napoléonienne. A sa sortie de l’école, Baptiste-Paul est au service d’un entrepreneur de roulage à Niort, puis monte à Paris à 23 ans comme commissaire de roulage (transporteur de marchandises).


Grimaud, modernisateur du jeu de cartes
A Paris, il s’associe avec les fabricants de cartes à jouer Martineau et Bourru qui lui cèdent l’affaire en 1852. La société Grimaud et Cie est né ! Il invente la carte réversible avec le portrait à 2 têtes et modernise le jeu de cartes en déposant des brevets. Il rachète les modèles de cartes de la célèbre imagerie d’Epinal et est détenteur d’une grande part du capital de son plus important concurrent, la fabrique Camoin de Marseille. Ses successeurs sont ses neveux, les frères Marteau. Grimaud sera inhumé au Père Lachaise. Le bicentenaire de sa naissance est fêté à Brûlain en 2017.

A voir, à faire

Le château de la Mothe-du-Bois : Son premier seigneur, Jean II Gourjault, est mentionné en 1432. Le logis seigneurial est remplacé en 1805 par une vaste bâtisse. Les deux imposantes grilles en fer forgé aux piliers surmontés de lions proviennent du château de Vénérand, proche de Saintes. Une large allée forestière permet l’accès à la demeure.

Bourgneuf : Le fief, attesté en 1405, dépendait de la baronnie de Melle. Le domaine est ceint de douves sèches. La partie la plus ancienne est le corps de logis flanqué d’une tour cylindrique. La gentilhommière est construite plus tardivement. Les anciennes dépendances sont alignées entre ces deux constructions.

L’église Saint-Martin : Bâtie au XIIème siècle grâce aux libéralités des Lusignan, elle relevait du chapitre de la cathédrale Saint-Pierre de Poitiers. Ravagée pendant les guerres de Religion, elle est restaurée au XVIIème siècle, puis devient à la Révolution un temple décadaire. D’importants travaux à la fin du XIXème siècle modifient son aspect.

Localisation

France
46° 12' 10.422" N, 0° 19' 11.9244" W
  • Français
  • English
  • Nederlands
  • Deutsch
  • Español