Retour Retour
Sansais-la-Garette

Sansais/Amuré – Le Marais poitevin à bicyclette

Parcourez la Venise Verte à vélo !

SANSAIS

Vélo

Nature (faune, flore)

Départ : église Saint-Vincent. Distance : 24,50 km. Durée : 2h15.

Consignes de sécurité - Le port du casque est vivement conseillé. Je roule à droite. Je respecte le code de la route. Je vérifie l’état de mon vélo (freins et éclairage). Je reste sur les sentiers balisés. Je respecte le marais, site sensible et classé.

Sansais/Amuré – Le Marais poitevin à bicyclette

Distance : 24,5 km

Étape 1 : SANSAIS-LA GARETTE et son village-rue

Cette commune, implantée en limite du golfe des Pictons, est composée de 2 grands villages : Sansais perché sur le coteau et La Garette en bordure de marais. Le futur roi Henri IV visite cette dernière en 1576 et dira plus tard du Marais que …Parmi ces déserts sont mille jardins où l’on ne va que par bateau… La Garette est typique de l’habitat traditionnel maraîchin assurant un accès direct à l’eau pour chaque maison. Important port de transit de marchandises entre le Bas-Poitou (nord) et la Saintonge (sud) jusqu’au milieu du XIXè s., ce village-rue est totalement restauré en 1995 dans la cadre de l’Opération Grand Site. Il est devenu une étape majeure de découverte de la Venise Verte. Une passerelle en bois sur pilotis le relie à celui de Coulon.

Étape 2 : AMURE

Amuré célèbre la nature depuis 1996. Chaque année, fin novembre, elle organise la Fête du Frêne têtard. Un de ses feuillus maraîchins est d’ailleurs classé arbre remarquable des Deux-Sèvres. En 2001, le Ministère en charge de l’Environnement remet un prix à la commune pour la récompenser de son implication à revaloriser ses paysages par la plantation de milliers de frênes têtards et de haies bocagères, le curage des conches et des fossés et la pose d’une signalétique touristique. Cette volonté d’excellence environnementale se traduit toujours dans les divers équipements municipaux. En prise directe avec le Marais, Amuré s’attache à préserver son patrimoine tant bâti que naturel.

Étape 3 : Croix hosannière d'Amuré

Une croix hosannière du XVème siècle, classée en 1889, et des tombes du XVIIIème et XIXème siècles en forme de sarcophage sont visibles dans le cimetière ancien qui est adjacent à l’église paroissiale. A quoi servait une croix hosannière ? Le dimanche précédant Pâques, le prêtre lisait l’Evangile célébrant l’entrée de Jésus à Jérusalem. L’assistance défilait en chantant l’Hosanna et déposait des rameaux sur le pupitre placé à l’ouest.

Étape 4 : LE BOURDET et son Sentier de la Maraichine

La paroisse dépend jusqu’à la Révolution de la généralité de La Rochelle, de l’élection de St-Jean-d’Angély et de la seigneurie de Frontenay. En 1419, Jean de Rochechouart reçoit en partage le fief du Bourdet qui revient en 1496 à Aimery Acarie. En 1647, Catherine Acarie est mariée à Charles de Cugnac. Louis-Philippe de Cugnac émigre en 1791. La majorité de ses biens est vendue, sauf le château et quelques terres qu’il récupère, puis meurt à Surimeau en 1809. Son domaine est alors morcelé et racheté. Sept moulins tournent à plein régime au Bourdet au début du XIXè s. En 1856, la bourgade compte 643 Bourdetais contre 322 en 1982 en raison de la disparition d’exploitations agricoles. Aligné le long d’une rue principale et traversé par deux biefs et la Courance, le village perdure aujourd’hui cette tradition paysanne.

Ce contenu vous a été utile ?

Enregistrer

Partager ce contenu